photographies de corps et parties de corps dans les transports en communs - sorte de portraits dont les regards sont absents
photographies de corps et parties de corps dans les transports en communs - sorte de portraits dont les regards sont absents
photographies de corps et parties de corps dans les transports en communs - sorte de portraits dont les regards sont absents
photographies de corps et parties de corps dans les transports en communs - sorte de portraits dont les regards sont absents
photographies de corps et parties de corps dans les transports en communs - sorte de portraits dont les regards sont absents
photographies de corps et parties de corps dans les transports en communs - sorte de portraits dont les regards sont absents
photographies de corps et parties de corps dans les transports en communs - sorte de portraits dont les regards sont absents
photographies de corps et parties de corps dans les transports en communs - sorte de portraits dont les regards sont absents
photographies de corps et parties de corps dans les transports en communs - sorte de portraits dont les regards sont absents

distance(s)

une série

 

lors d’un déplacement souvent le corps seul soutient la durée du trajet. le regard lui est ailleurs, occupé à négocier avec le face à face et le côte à côte. le corps lui a déjà pris place et fait ce qu’on lui demande. il maintient, visiblement indifférent, une attente commune et comparable à d’autres corps. il ne cherche pas à voir, ni à être vu, il tente de se dissimuler derrière une zone frontalière floue, où intime et public font mine de s'ignorer, mais où ils co-existent malgré tout.

pour approcher cette zone frontalière ambivalente j’ai entrepris de cadrer au plus prêt des corps isolés dans la proximité voire la promiscuité d’autres corps.  j’ai collecté des parties de corps, comme autant de portraits dont les regards seraient absents. j’ai agis en voyeur. sans mot dire, j'ai observé et laissé advenir dans l’immobilité, cet oubli de soi singulier que convoquent certaines distances.

©thierry grapotte-2021