image 95 .jpg

«l’impossibilité d’habiter le temps et de le nourrir de projets impose de s’agripper à l’espace en allant d’un lieu à un autre. l’espace est un cran d’arrêt à la durée car si le temps échappe à toute tentative de contrôle et confronte à l’angoisse du devenir, l’espace, pure étendue, est maîtrisé par l’individu. on le parcourt à sa guise sans qu’il impose une direction irrémédiable, à la différence du temps. l’errance spatialise le temps pour en désamorcer l’irréversibilité et le tenir sous contrôle

david lebreton - disparaître de soi / une tentation contemporain

©thierry grapotte-2021